Archives mensuelles : August 2015

arrivée en Colombie-Britanique

Je laisse la tente de trappeur le lendemain pour reprendre la route,DSC02087

et je découvre une vue plutôt sympa en sortant du bois DSC02094

Je prend la « Great Divide Mountain Bike Route »DSC02114 DSC02121

qui m’amène au sentier « Elk Pass » qui grimpe à quasi 2000 m d’altitude (soit 920 m de dénivelé cumulé dans la journée)DSC02125 DSC02129 DSC02134

et la barrière là, c’est l’entrée en Colombie-Britanique ! 🙂DCIM100MEDIA

La route redescend ensuite pour revenir à 1000 m d’altitude. DSC02142 Le bear spray est toujours à portée de main, et le sac de nourriture suspendu à un arbre la nuit (vachement plus facile quand il y a un truc prévu pour)  DSC02162DSC02163DSC02165

le léger brouillard… c’est de la fumée…DSC02174

Cette nuit, je dors sous un pont ! « oops » DSC02179

On the trail again

Pièces de vélo reçues, nouvelle chaîne, nouveau pignon, so smooth !
DSC01840DSC01867DSC01927 DSC01928

Après quelques jours à Calgary, petite virée en voiture vers les parcs de Banff et Jasper et randonnées à pied. ça fait du bien de marcher et de grimper !

L’incontournable Lake LouiseDSC01936

Les caribous du coin se promènent à deux pas du centre ville, tranquilou pilouDSC01940 DSC01989

Des montagnes tout autour, des sources d’eau chaude (hot springs)…DSC01946

Des forêts à perte de vue…DSC01950des chipmunks qui détectent l’odeur de la nourriture instantanément (surtout le peanut butter)  DSC01955DSC01963DSC01965
Des glaciers en veux-tu en voilà 
DSC02033

 

 

Bref, pas mal le pied quoi ! 🙂 
DSC02052

 

De retour à Calgary, je reprend la route sur le vélo qui commençait à me manquer et j’aperçois à nouveau les montagnes.DSC02064

et j’entre dans la région de Kananaskis où je retrouve le sentier TransCanadienDSC02065Qui n’est pas franchement adapté aux vélos encore une fois… malgré ce qu’indique le site officiel. DSC02066

DSC02067

uhm… c’est par où ?
DSC02069

Ok ! là je veux parler au responsable du sentier ! ya pas un soucis un peu ?
DSC02078DSC02075   DSC02076DSC02071DSC02081

Bref, je galère comme pas possible 🙂

Le tronc là, il me décide à prendre les sacoches sur le dos et continuer sur 2-3 km à pied pour revenir chercher le vélo ensuite. ça fait bizarre d’abandonner le vélo, puis les sacoches, dans la nature… mais pas vraiment le choix. Je m’épuise à pousser le vélo, le soulever avec les sacoches et tout pour passer les rochers, les rivières, les arbres en travers, et au milieu des branches de sapin… donc euh bah changement de stratégie ! 🙂 DSC02082

Je m’arrete au premier camping après 80 km au compteur et avec la pluie.

Il pleut toute la nuit sans arrêt. Je reprend la route sous la pluie encore et ça commence à pleuvoir sévère et il fait plutôt frais !

Nan mais… on dirait de la neige ?!

Je me retrouve trempé, recouvert de neige (jvous jure) et avec le genou droit qui flanche…
DSC02084

Allez, après 30 km et les pieds congelés, ce soir je dors dans une tente de trappeur ! avec chauffage s’il vous plait ! 🙂 DSC02085

La nuit à 90$ est un peu salée mais parait que dans le coin un hotel c’est 300$…DSC02086

cette nuit la température devrait passer sous zéro… faut que j’économise le pétrole.

demain, soleil ! 🙂

image

 

Calgary

J’aperçois les montagnes dans la brume au loin, et quelques grattes-ciels de Calgary. L’émotion est forte, les montagnes, ça y est ! (presque) DSC01830

Je reste quelques jours en auberge de jeunesse et dormir dans un lit avec des draps, même en dortoir, dieu que c’est agréable ! 🙂

Calgary est assez étonnante comme ville, un gros quartier des affaires et centres commerciaux mais aussi de multiples parcs et pistes cyclables.

DSC01845

DSC01849
DSC01855

et énormément de maisons (et parfois des maisons énormes) ce qui donne une ville très étendue. Par comparaison, Paris intra-muros c’est 105 km². Calgary, 825  km² (soit en gros Paris + Petite couronne) avec une densité moyenne environ 20 fois moins élevée.

DSC01869 DSC01870

Enfin, j’ai la chance de rencontrer Constance Finney, chercheuse à l’Université de Calgary au département de Biologie et spécialisée en immunologie, elle travaille notamment sur les infections simultanées et co-infections. Elle me confirme que l’on peut trouver beaucoup d’exemples issus de la biologie pour illustrer toutes les thématiques abordées en sécurité de l’information. La force d’un mot de passe (un parasite qui tente de mimer les caractéristiques de l’hôte à force de mutations), l’authentification forte (à plusieurs facteurs), la redondance et la diffusion de fonctions de sécurité en réseau (toute la signalisation du système immunitaire, l’importance et la complexité de l’immunité innée), la manipulation de la cible (un parasite qui pousse les fourmis à se faire manger pour mieux se diffuser, pareil avec des souris pour se transmettre chez le chat, etc.)…

Il y a également la « Red Queen Hypothesis » ou « Hypothèse de la Reine Rouge », inspiré d’Alice au pays des merveilles, il s’agit de la course à l’armement entre proie et prédateur, ou comment avoir une longueur d’avance par rapport à un attaquant qui n’aura besoin de trouver et exploiter qu’une seule vulnérabilité de la cible (versus une défense qui doit être exhaustive). Ce développement de capacité est donc directement lié à la capacité à évoluer, à changer. Tout comme une entreprise, si elle souhaite survivre, doit être en évolution et innovation permanente.

Développer une base d’exemples et d’illustrations sur toutes les thématiques liées à la sécurité de l’information pourrait bien être un projet réalisable avec des étudiants en bio-informatique (à suivre donc).

Constance_Finney

DSC01875
DSC01880

Alberta

Dernière étape avant l’Alberta, je m’arrête après 154 km (une des plus longues étapes, la moyenne étant plutôt autour des 100 km) à Eatonia. La journée a commencé à 8h du matin avec un fort vent d’Est (vent de dos, c’est un peu pour lui que j’ai « sauté du lit ») qui a tourné progressivement au sud, puis à l’ouest. Arrivé 12h plus tard, je plante la tente dans le jardin d’Anne. J’ai droit à une douche (nécessaire) et un ptit dej’ de compet’ le lendemain!

wpid-wp-1439054441848.jpeg

Arrivé en Alberta, le panneau est plus discret sur cette « Secondary Highway » que sur l’autoroute transcanadienne.wpid-wp-1439054394301.jpegDes orages sont annoncés pour la fin de la journée. je décide de m’arrêter dans cette ferme qui semble plus ou moins abandonnée. je plante la tente rapidos et je me prépare un plat de pâte au réchaud dans la grange laissée ouverte (mais avec des outils et l’électricité, donc pas complètement abandonnée)

wpid-wp-1439054557646.jpeg

L’orage ne tarde pas, les coups de tonnerre, des rafales de vent et de trombes d’eau ! Je regarde la tente prendre tout ça en pleine face et je décide de courir chercher mes sacoches laissées sous le auvent et l’eau qui ruisselle. Résultat : trempé en 15 secondes 🙂

Journée break le lendemain.

La journée suivante, le temps est au beau fixe, je tente la photographie animalière (ya du boulot)

wpid-dsc01755.jpg

ça si je ne m’abuse c’est un coyote ! (bon là su la photo on dirait un chien funambule avec un râteau télé sur le dos…)wpid-dsc01768_1.jpg

et les vaches se mettent généralement à courir dans la même direction que moi après les avoir dépassées (génial hein ?)

wpid-dsc01773.jpg

Beaucoup de pipelines dans le coin aussi, donc pas mal de tuyaux entreposés par endroit 🙂 wpid-wp-1439054470406.jpeg

bref, on s’amuse comme on peut !

Vous habitez quel numéro de rue ? oh pas loin, c’est le 201 019, autoroute 564

DSC01815

Le paysage change beaucoup, parfois très sec, des collines (et ça grimpe), soudain très vert,…

DSC01818

DSC01809
wpid-dsc01753.jpg

DSC01801

wpid-dsc01778.jpg

demain, Calgary !

 

Saskatchewan

J’ai donc repris la route après avoir passé la « frontière » entre le Manitoba et le Saskatchewan, sous un temps plutôt orageux  avec des bonnes rafales de vent ! tellement qu’Audra s’est arrêtée pour m’inviter à me réfugier sous un toit pour la nuit ! et vu la pluie qui est tombée j’étais bien content d’être au sec 🙂

image

Je passe le lendemain par Melville qui semble être une ville très agréable, mais je continue pour planter la tente le long de la Rivière Qu’Appelle, sur la crête en contre-bas sur la photo au milieu non pas des loups mais des coyotes (ils sont super flippés j’en ai aperçu un une fraction de seconde)

wpid-wp-1438893304666.jpeg

Le lendemain, le vent d’ouest (de face) sur le sentier transcanadien m’oblige à m’arrêter plus tôt que prévu à Katepwa où je rencontre Curtis et Michelle qui m’inviteront eux aussi à dormir sous un toit 🙂

wpid-wp-1438893413030.jpeg

J’ai eu droit aussi à un tour en Truck tout neuf pour éviter la côte le lendemain, et visite commentée en prime avec détour par la réserve des natifs.

wpid-wp-1438896025357.jpeg

Arrivée à Regina, capitale du Saskatchewan,

image

Je passe l’étape chez Gordon via Warmshowers. Je tente de changer la chaîne du vélo bien usée mais sans succès… les pignons sont trop usés eux aussi et une nouvelle chaîne n’arrête pas de sauter, impossible de pédaler comme ça. Evidemment il me faut un outil spécifique Rohloff pour démonter le pignon…
Après quelques gouttes de sueur mais aussi quelques jurons (la chaîne est en fait composée de presque 3 chaines de vélo droit et il faut la faire passer par les gaines et jouer avec les attaches « rapides »), je décide de commander les pièces pour une livraison à Calgary et d’y aller directement plutôt que de remonter au Nord via Saskatoon et Edmonton. L’ancienne chaîne devrait tenir jusque là. Je ne prend la route que vers 16h…

wpid-dsc01620.jpg

Je croise John et sa Buick de je sais plus quand mais de plus de 50 ans (la Buick) et il m’emmène goûter la fameuse Saskatoon berry pie.

wpid-wp-1438896134700.jpeg

pour enfin découvrir ce que sont « les prairies »! Immensités, couleurs… magnifique.

wpid-wp-1438896073606.jpeg
image

Tu sais que t’es dans les prairies quand :

  • Tu captes mieux les radios en fréquences AM que FM
  • Ton téléphone dit avoir du réseau
  • Les voitures mettent plusieurs minutes à disparaître à l’horizon,
  • T’as le temps de t’arrêter pour un besoin pressant, et de repartir, même si tu vois une voiture venir au loin
  • Tu vois une maison au loin et tu t’aperçois que c’est une tour à grain à plus de 30 km de là
  • Tu prends un coup de soleil en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire
  • T’as besoin de 5 litres d’eau sur le vélo,
  • Tu fais la discut’ avec les vaches (ça c’est partout en fait)
  • Tu écoutes « going up the country » et t’es heureux

wpid-wp-1438896042750.jpeg

et tu prends la route 42 parce que c’est le sens de la vie

wpid-dsc01668.jpg

wpid-dsc01735.jpg
wpid-dsc01726.jpg